Le comédien entreprenant

(monter sa pièce ou organiser la réalisation d’un court métrage)

Une expérience enrichissante pour le comédien consiste à entreprendre lui-même (cela s’entend généralement avec quelques amis) la conception d’un spectacle théâtral ou d’un court métrage. Pourquoi ? Tout d’abord pour l’expérience que cela peut apporter. Ensuite parce qu’il s’agit d’une manière de « se montrer » dans son travail aux yeux d’un public. Enfin, car on n’est jamais mieux distribué que par soi-même et que l’on peut se mettre en valeur dans des rôles vis-à-vis desquels on ressent une grande affinité.

Comment procéder ? Nous allons vous donner quelques conseils de base que vous adapterez à votre convenance.

1. Monter une pièce de théâtre

La première étape consiste, logiquement, à trouver un texte. Deux possibilités s’offrent à vous :

— Adapter une pièce connue (attention qu’elle ne soit pas encore soumise au versement de droits d’auteurs. En général, la SACD peut vous renseigner sur ce point.

— Promouvoir le travail d’un jeune auteur (vous-même peut-être ?). Là aussi, la SACD peut mettre à votre disposition tout un « répertoire d’inédits » dans lequel vous aurez la possibilité de choisir.

Il faut ensuite trouver la première partie de votre équipe (c’est-à-dire les comédiens et le metteur en scène). En général le projet se mettra sur pied avec l’aide de quelques amis, professeurs d’art dramatique ou étudiants dans tel ou tel cours (qui n’est pas nécessairement le vôtre). Bien sûr, les contraintes budgétaires inhérentes à la plupart de ces « premiers spectacles » font que ces derniers fonctionnent selon le procédé du bénévolat. Ce côté désintéressé d’une première expérience justifie encore plus le fait de constituer une équipe soudée et motivée par un autre objectif que l’appât du gain. Pour le choix « artistique » des comédiens et du metteur en scène, fiez-vous à votre intuition en gardant à l’esprit que, si vous voulez que votre spectacle soit crédible, il convient d’opérer dès le départ avec un certain « professionnalisme ». Maintenant que la charpente de votre équipe est en place, il faut trouver une salle où vous jouerez votre spectacle. Commencez par constituer un dossier solide (texte de la pièce, CV des participants, budget estimé, motivations, etc.). Si vous pouvez bénéficier des conseils d’une attachée de presse, n’hésitez pas (voir la liste des salles parisiennes dans ce guide). Pour en savoir plus...

2. Organiser la réalisation d’un court métrage

Nous n’allons pas reprendre de manière détaillée un certain nombre d’éléments qui se recoupent avec la rubrique précédente. Retenez cependant les étapes suivantes :

— Les évidences sont parfois bonnes à répéter mais pas de court métrage sans une bonne histoire (c’est-à-dire un scénario qui tienne la route).

— Il vous faut ensuite trouver votre équipe. Le personnel technique est ici plus nombreux qu’au théâtre et une attention particulière doit être portée au matériel (bonne caméra, traveling, matériel de prise de son, éclairage, etc.). Nous vous conseillons d’essayer de mener votre projet avec des élèves d’écoles de cinéma.

— Le financement se pose en termes aussi aigus que pour le théâtre (sinon plus).
Voici quelques ficelles :

Un soin particulier doit être apporté à la postproduction. Il est essentiel de trouver un bon monteur qui dispose du matériel adéquat. C’est pour cela que, pour un début, la collaboration avec des membres d’une école de cinéma est la bienvenue. De plus, il vaut mieux débuter en tournant en vidéo. En effet, le travail en 16 mm est particulièrement onéreux.

Tempérons ces réserves par une observation : les caméras et les « tables de montage » numériques permettent aujourd’hui, pour un coût très raisonnable, de réaliser des premiers travaux de qualité. Pour en savoir plus...